Boulogne-sur-mer : interdiction de parler à la presse

, par Club de la presse Nord - Pas de Calais

Pour certains, il est un soutien aux réfugiés de Calais. Pour d’autres, il est un passeur. Matthieu (prénom d’emprunt), 42 ans, a été mis en examen par le tribunal de Boulogne pour avoir aidé des migrants à traverser la Manche avec un canot pneumatique. Une enquête judiciaire est en cours, le procès étant prévu dans les prochain jours. Une interdiction de communiquer avec la presse lui a été signifiée dans le cadre de son contrôle judiciaire. Une décision extrêmement rare, voire inédite en France, relevée par Streetpress.

L’article 138 du code de procédure pénale, qui encadre le contrôle judiciaire, précise qu’un juge peut imposer de « s’abstenir de recevoir ou de rencontrer certaines personnes spécialement désignées par le juge d’instruction ou le juge des libertés et de la détention, ainsi que d’entrer en relation avec elles, de quelque façon que ce soit.  ».

Selon Olivier Coudert, président du syndicat des avocats de France, contacté par Street-Press, « cette interdiction ne peut concerner que des individus liés à la procédure. Dans ce cas-là, le parquet est obligé de motiver sa décision. C’est une atteinte à la liberté. On ne peut pas interdire de voir des journalistes comme ça. Il faut qu’il y ait un lien avec les faits reprochés. » Le Syndicat de la Magistrature abonde aussi dans ce sens « C’est une décision originale. On peut a minima s’interroger sur la raison de cette interdiction au regard de la loi. Eviter la publicité, ce n’est pas une raison qui peut justifier un contrôle judiciaire. »

Un prévenu qui estime son contrôle judiciaire abusif et injustifié peut le contester devant le juge. Impossible de savoir si c’est le cas puisque la personne concernée n’a pas le droit de répondre aux journalistes.

Le Palais de justice de Boulogne-sur-Mer
(Photo Velvet [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons)


 

 

 

La Vie du Club

A la découverte des rédactions de la région avec le Club de la presse


Comment comprendre le quotidien des journalistes et l’évolution des médias de la région ? Pour répondre à cette question, le Club de la presse Hauts-de-France a lancé depuis le début de l’année un cycle de visites des rédactions de la région réservé à ses adhérents. Une nouvelle proposition qui permet d’aller à la rencontre des journalistes dans leurs rédactions, là où se fait l’information. Ligne éditoriale, choix des sujets, organisation de la rédaction, projets et développement des titres, c’est l’occasion pour les adhérents d’un échange direct avec les professionnels des médias, et c’est avec le Club de la presse que ça se passe.


Le Club de la presse Hauts-de-France recherche pour la rentrée et pour deux mois deux stagiaires en communication à plein temps


MISSION COMMUNICATION
Participation à la rédaction d’article sur le site Internet
Création et mise à jour des supports de communication ( Annuaire du Club de la presse ...)
Participation à l’organisation des concours ( Grands Prix du Club de la presse )
Participation à l’organisation des événements (Médialab...)
Relations presse relations publiques
Communication sur les réseaux sociaux


Pourquoi adhérer au Club de la presse ?


Le Club de la presse a changé sa façon de gérer les renouvellements d’adhésions qui se feront désormais à date fixe au mois de juin. Donc, si votre dernier paiement date de 2015, il est temps de renouveler votre adhésion (dont le tarif n’a pas changé).

Pour le Club de la presse, chaque adhésion est importante pour mener à bien tous ses projets d’animation de la filière professionnelle et de sensibilisation aux médias grand public. Pour ses adhérents, le Club de la Presse a imaginé un service exclusif résumé en 12 raisons d’adhérer au Club. Pourquoi adhérer au Club de la presse Nord-Pas-de-Calais ?