Les syndicats de journalistes dénoncent les promesses non tenues faites aux pigistes et photographes

, par Club de la presse Nord - Pas de Calais

Les membres de la coordination photojournalisme (SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes, CFTC-Journalistes, UPP, SAIF) ont d’adressé mardi 13 décembre un courrier à la ministre de la Culture et de la Communication, Audrey Azoulay, pour dénoncer l’absence de suite dans les annonces qu’elle avait faites à la veille de l’ouverture de l’édition 2016 du festival « Visa pour l’image ». A tel point que les syndicats se « [posent] la question de savoir s’il y a encore un ministre rue de Valois ».

La ministre de la Culture et de la Communication promettait une série de mesures en faveur du photojournalisme et des reporters-photographes : suspension des aides à la presse pour les titres ne respectant pas les conditions de paiement des pigistes ou leur propriété intellectuelle, instauration d’un salaire minimum des photojournalistes pigistes, renforcement du soutien de l’État à leur projets, mise en place d’un Parlement des photographes, etc. L’intersyndicale craint qu’à l’approche des élections présidentielles ces chantiers ne soient remis aux calendes grecques.

Les signataires reprochent plus généralement au milieu politique sa connivence avec les grands groupes médiatiques qui cumulent aides à la presse, crédits d’impôts, cotisations sociales minorées, etc. Ces sociétés « auront réussi à traverser le quinquennat comme ils avaient traversé les précédents, sans qu’aucun gouvernement n’ose s’attaquer ni à leurs privilèges, ni à leurs politiques antisociales et éditoriales. Les plus grands groupes accumulent même les retards de paiement aux agences, en infraction avec les engagements pris en signant le Code de bonnes pratiques professionnelles ; les dettes mettent ainsi agences et reporters-photographes en danger. Pendant ce temps, la profession de journaliste voit ses conditions de travail se dégrader et l’information se transformer en simple produit d’appel. »

Lire le communiqué de presse


 

 

 

La Vie du Club

Le Club de la presse recherche un stagiaire en communication


Le Club de la presse Nord – Pas de Calais recherche un étudiant dans le domaine de la communication pour un stage à temps plein

Missions :
- Assister le service communication du Club
- Participer à la mise à jour de l’annuaire
- Prendre part à l’organisation des conférences de presse et événements du Club (relations, presse, invitation, communiqué, dossier de presse et autre support de communication).


Pourquoi adhérer au Club de la presse ?


Le Club de la presse a changé sa façon de gérer les renouvellements d’adhésions qui se feront désormais à date fixe au mois de juin. Donc, si votre dernier paiement date de 2015, il est temps de renouveler votre adhésion (dont le tarif n’a pas changé).

Pour le Club de la presse, chaque adhésion est importante pour mener à bien tous ses projets d’animation de la filière professionnelle et de sensibilisation aux médias grand public. Pour ses adhérents, le Club de la Presse a imaginé un service exclusif résumé en 12 raisons d’adhérer au Club. Pourquoi adhérer au Club de la presse Nord-Pas-de-Calais ?