Turquie : inquiétante vague de répression contre les journalistes (08 mars 2011)

Cinq journalistes ont été arrêtés jeudi dernier (3 mars) lors d’une opération de police. Deux d’entre eux, Ahmet Sik et Nedim Sener, journalistes d’investigation, ont été inculpés et incarcérés dimanche soir, sur décision de la cour d’assise d’Istanbul pour « appartenance à l’organisation terroriste Ergenekon ». Il s’agit de la 18e vague d’arrestations dans le cadre de l’affaire « Ergenekon » qui, selon le gouvernement islamo-conservateur au pouvoir, aurait visé à déstabiliser celui-ci par le biais d’un coup d’Etat militaire. Dernièrement, quatre journalistes d’OdaTv, un site d’information de l’opposition turque, avaient été incarcérés pour les mêmes motifs.

Plusieurs milliers de personnes dont des milliers de journalistes ont manifesté dès le 4 mars à Istanbul et Ankara pour réclamer la libération immédiate des journalistes. Dimanche soir, 200 personnes ont organisé un sit-in devant le Palais de justice d’Istanbul et bloqué la route en déposant caméras et appareils photos.

A ce jour, 61 journalistes sont détenus en Turquie et des milliers d’entre eux font l’objet de poursuites. L’opposition et une importante partie de la presse affirment que l’enquête qui a provoqué l’incarcération depuis 2007 de centaines de personnalités d’opposition, vise à enrayer toute contestation politique en Turquie. La Turquie est régulièrement montrée du doigt pour ses atteintes à la liberté de la presse. Reporters sans frontière exprime tout son soutien à la Plateforme "Liberté pour les journalistes" (GÖP), qui a dénoncé dans un communiqué le « climat d’intimidation et d’oppression  » et invité le gouvernement à « faire les pas démocratiques nécessaires », notamment par le biais de réformes du Code Pénal.

Le Premier ministre turc, M. Erdogan, rejette toute volonté d’ingérence de son gouvernement, accusé de dérive autoritaire, dans les affaires judiciaires. Le président, Abdullah Gül, s’est pour sa part dit "inquiet" dimanche de ces développements, qui, selon lui, ternissent l’image de son pays.

Sources AFP et RSF


 

 

 

La Vie du Club

A la découverte des rédactions de la région avec le Club de la presse


Comment comprendre le quotidien des journalistes et l’évolution des médias de la région ? Pour répondre à cette question, le Club de la presse Hauts-de-France a lancé depuis le début de l’année un cycle de visites des rédactions de la région réservé à ses adhérents. Une nouvelle proposition qui permet d’aller à la rencontre des journalistes dans leurs rédactions, là où se fait l’information. Ligne éditoriale, choix des sujets, organisation de la rédaction, projets et développement des titres, c’est l’occasion pour les adhérents d’un échange direct avec les professionnels des médias, et c’est avec le Club de la presse que ça se passe.


Le Club de la presse Hauts-de-France recherche pour la rentrée et pour deux mois deux stagiaires en communication à plein temps


MISSION COMMUNICATION
Participation à la rédaction d’article sur le site Internet
Création et mise à jour des supports de communication ( Annuaire du Club de la presse ...)
Participation à l’organisation des concours ( Grands Prix du Club de la presse )
Participation à l’organisation des événements (Médialab...)
Relations presse relations publiques
Communication sur les réseaux sociaux


Pourquoi adhérer au Club de la presse ?


Le Club de la presse a changé sa façon de gérer les renouvellements d’adhésions qui se feront désormais à date fixe au mois de juin. Donc, si votre dernier paiement date de 2015, il est temps de renouveler votre adhésion (dont le tarif n’a pas changé).

Pour le Club de la presse, chaque adhésion est importante pour mener à bien tous ses projets d’animation de la filière professionnelle et de sensibilisation aux médias grand public. Pour ses adhérents, le Club de la Presse a imaginé un service exclusif résumé en 12 raisons d’adhérer au Club. Pourquoi adhérer au Club de la presse Nord-Pas-de-Calais ?